Qu’est-ce que la Fashion Revolution ?

Le 24 avril 2013, le monde retient son souffle pendant que les secours s’activent au milieu des décombres. Personne ne peut – ne doit – oublier le désastre qui a frappé le Bangladesh et la planète entière il y a neuf ans. Un bâtiment de neuf étages vient de s’écrouler. Quelques minutes avant le drame, des milliers de personnes y travaillaient encore pour produire des vêtements vendus par les grandes enseignes de prêt-à-porter. Le constat final est accablant : 1134 morts et environ 2500 blessés. Naturellement, il fallait tirer des conclusions de cet accident, qui fait partie des plus grandes catastrophes industrielles de l’histoire. Quelles sont les conséquences sociales et environnementales de la surconsommation ? Comment faire évoluer la mode ? La Fashion Revolution a été créée pour répondre à ces questions, avec pour objectif de promouvoir une mode éthique et solidaire. Ensemble, changeons le système contemporain pour inventer une mode positive. Participez à la Fashion Revolution Lyon grâce à cet article explicatif. 

C’est quoi la Fashion Revolution ?

La Fashion Revolution a été imaginée pour trouver des solutions et agir en faveur d’un nouveau système d’exploitation des ressources. Depuis, elle a évolué pour devenir un mouvement mondial qui s’appuie sur des acteurs prêts à s’investir pour repenser le marché textile.

Aujourd’hui, les bureaux situés dans chaque pays participant assurent la cohésion des actions. Ce fonctionnement permet de construire des initiatives globales au service d’un objectif commun : révolutionner le monde de la mode. 

Comment transformer le secteur textile ?

Mener des actions concrètes

La Fashion Revolution souhaite avant tout agir et trouver des solutions aux problèmes actuels grâce à trois angles d’attaque :

  • Action politique : L’organisation mondiale lutte en faveur d’une prise de conscience au niveau étatique. Elle souhaite que les gouvernements instaurent des régulations afin de protéger les salariés et de contrôler les procédés de fabrication.
  • Bilan économique : Les acteurs du mouvement mènent des études pour identifier les points à améliorer au sein de l’industrie du vêtement et impulser les modifications nécessaires.
  • Impact culturel : La sensibilisation du public représente un enjeu majeur dans la construction d’un mouvement diversifié.

Mobiliser le public grâce aux réseaux sociaux

La Fashion Revolution utilise les réseaux sociaux afin de rassembler les gens autour d’un objectif : obtenir plus de transparence de la part des grandes marques de prêt-à-porter. 

Par exemple, le hashtag instagram #WhoMadeMyClothes (Qui a fabriqué mes vêtements?), permet à l’acheteur d’interpeller une marque quant au processus de fabrication. Ainsi, les gens publient une photo du vêtement concerné accompagné du hashtag. La marque peut ensuite répondre en montrant la personne qui a fabriqué la pièce, accompagnée du message : « I made your clothes » (J’ai fabriqué tes vêtements). 

Cela permet de montrer le visage des employés du secteur textile afin de rappeler au public que nos achats ont un impact sur le monde. Aujourd’hui, les phénomènes de la mondialisation et la délocalisation qui en découle, ont contribué à une déshumanisation de la consommation. En effet, la multiplication des intermédiaires, du producteur au fabricant, du transporteur au magasin, ne permet plus aux gens de réaliser les conséquences de leurs choix. Le hashtag de la Fashion Revolution permet de rapprocher les consommateurs de la source des produits. 

De plus, il existe également deux autres hashtags que vous pouvez utiliser afin de participer :

  • #LovedClothesLast permet de questionner la valeur de votre vêtement préféré.
  • #WhatsInMyClothes sert à interroger la composition des vêtements et les procédés de fabrication.

Grâce aux réseaux sociaux, tout le monde peut participer grâce à ces hashtags, notamment pendant la Fashion Revolution Week. 

À quoi sert la Fashion Revolution Week ?

Pour commémorer les victimes du Rana Plaza, la Fashion Revolution programme un événement annuel, autour du 24 avril, date anniversaire. Du 18 au 24 avril, les différents participants proposent des ateliers et des animations avec l’aide de la Fashion Révolution. Tous les professionnels du secteur textile peuvent contribuer, des créateurs aux fabricants, des détaillants aux communicants.

Les manifestations de cette année se déroulent autour de la thématique suivante : « Money Fashion Power ». Les organisateurs souhaitent faire naître une réflexion par rapport au coût des vêtements, issus notamment de la fast-fashion. Pour rappel, cette appellation concerne la fabrication rapide, en abondance, pour une distribution à échelle mondiale.

La recherche du profit à tout prix attire les clients dans le cercle vicieux de la surconsommation. Cette dernière enrichit une poignée d’individus qui privilégient la croissance avant le respect du vivant et de la nature. 

Impact social

D’un point de vue humain, les employés de la fast-fashion souffrent au quotidien de la consommation à outrance. La plupart du temps, les enseignes délocalisent dans des pays où les lois ne régularisent pas assez les conditions de travail. Audrey Millet est historienne de la mode et spécialiste de la fast-fashion. Dans une vidéo Brut, elle explique que SheIn emploie des ouvriers chinois dans les provinces les plus pauvres de Chine. La chercheuse insiste aussi sur le rythme effréné imposé par SheIn. En effet, l’entreprise est capable de sortir une nouveauté en 48h, de la conception à la mise en vente.

Par ailleurs, l’association indépendante suisse Public Eye a conduit une étude sur l’entreprise chinoise. Les employés vivent dans l’indigence et triment jusqu’à 12h par jour, avec 1 jour de congé par mois. Enfin, ils sont les premiers à ressentir les impacts de la crise écologique à laquelle la fast-fashion participe.

Impact environnemental

D’un point de vue environnemental, notre planète paie déjà le prix fort de cette surenchère des marchandises. Aujourd’hui, la mode est l’une des sources principales de pollution. Le dernier rapport du GIEC insiste sur l’impact de l’activité humaine dans le changement climatique. Les effets de ce bouleversement concernent tous les êtres vivants et mettent en danger notre santé, les écosystèmes et la biodiversité. Par conséquent, il est urgent d’établir une législation limitant les rejets et les déchets.

Afin d’échapper à la réalité, beaucoup de grandes marques internationales se lancent dans le greenwashing. Cette stratégie de communication marketing vise à construire une façade éthique. De ce fait, les clients pensent faire un achat écoresponsable alors que ce n’est pas le cas. À ce propos, il convient de rappeler que l’utilisation de matières écologiques n’est pas suffisante. L’approche éthique repose sur d’autres critères, tels que le respect des employés, le bien-être des animaux, la limitation des déchets, etc. C’est pour cette raison que les labels sont importants, car ils attestent l’authenticité des produits éthiques et responsables.   

Grâce à l’implication de la Fashion Revolution, nous avons la capacité d’agir en faveur d’une mode éthique et durable. Peu importe le pouvoir d’achat dont on dispose, de multiples solutions existent pour cesser d’alimenter la grande distribution. Upcycling, seconde main, raccommodage, mode éthique représentent autant d’alternatives à découvrir. 

Comment participer à la Fashion Revolution Lyon ?

Le collectif de la Fashion Revolution Lyon est composé de bénévoles et d’acteurs divers de la mode éthique qui souhaitent participer au mouvement en organisant des actions.  Ils vous invitent à les rejoindre et à suivre le mouvement lyonnais sur le groupe Facebook « Fashion Revolution Lyon » et à découvrir le programme des festivités publié chaque année sur notre page dédiée à la FASHION REVOLUTION LYON.

Sachez également que d’autres actions sont menées partout en France, vous pouvez donc consulter le planning des activités sur le site de la Fashion Revolution France. 

 

Vous voulez en savoir plus sur le mouvement Fashion Revolution ?

Une organisation planétaire

Aujourd’hui, le mouvement se compose de deux entités indépendantes au Royaume-Uni : La Fashion Revolution CIC et la Fashion Revolution Foundation. Ces dernières constituent le fer de lance du réseau international.

D’une part, la Fondation est enregistrée en tant qu’œuvre caritative en Angleterre et au Pays de Galle. Elle gère les recherches, les programmes d’information et les activités de sensibilisation.

D’autre part, la Fashion Revolution CIC est une organisation à but non lucratif qui agit davantage sur la sphère politique. Elle encourage les gouvernements à responsabiliser les grandes entreprises. 

La transparence en toutes circonstances

Tout d’abord, chaque citoyen peut contribuer en faisant un don à l’organisation.

Ensuite, cette dernière reçoit aussi des subventions de la part d’institutions politiques comme le British Council et l’Union Européenne. Au nombre de ses soutiens, on peut également compter la Laudes Foundation.

Enfin, les bureaux de chaque pays sont autorisés à lever des fonds de manière indépendante.

Toutefois, ils doivent appliquer la politique éthique établie par la Fashion Révolution. L’utilisation du capital répond à des critères très stricts. Le détail des finances est disponible sur le site afin d’offrir un maximum de transparence.

Il est maintenant temps de se soulever pour établir un nouveau système de consommation et de restauration de nos ressources. Engagez-vous dès à présent en faveur de la révolution éthique en signant le manifeste de la Fashion Revolution. N’hésitez pas également à suivre le programme de la Fashion Revolution Week sur les comptes instagram de la Fashion Revolution France, des Curieux et du Village des Créateurs.

Sources

Texte : Mathilde Linois / Crédit images : Fashion Revolution, libres de droit